Expo « Soulèvements » – Jeu de Paume

CC0

CC0

Chouette ! Une expo sur les soulèvements ! Ça va nous filer la patate ! Non ? Ah bon…

Quand la culture s’empare d’un sujet sociopolitique pour nous l’exposer, il y a toujours un risque que la flamme insurrectionnelle soit vite éteinte par les pompiers institutionnels.

Un philosophe à la barre

storm-691286_960_720

Un philosophe contemple la beauté des coquillages CC0

Georges Didi-Huberman, le commissaire de l’exposition « Soulèvements » au Jeu de Paume, est un philosophe et un historien de l’art. Très bien. Il va sans doute nous éclairer sur l’essence du soulèvement, sur ce qui anime la ferveur des opprimés qui se libèrent, sur la volonté inébranlable des soumis qui décident de ne plus l’être, etc. Ou peut-être va-t-il nous replacer dans un contexte historique les différentes œuvres inspirées par les multiples combats qui ont été menés depuis des millénaires ?

Non, son choix à lui va être du côté du « mouvement des corps », des « éléments » ou du « romantisme ». Bien qu’il soit historien, ce n’est pas le matérialisme qui l’étouffe. Les deux tiers de l’expo sont des vues de l’esprit qui veulent faire appel aux sens. Alors oui, mes sens ont été sollicités, du moins la vue et l’ouïe, nous sommes dans un musée tout de même, mais alors mes émotions, bof…

La révolte, c’est comme une chaise qu’on soulève, tu vois…

Ce n’est pas tant la forme, ni même le fond, mais le but que je remets en question. Avoir une approche sensible des soulèvements, pourquoi pas, mais lorsque je vois l’image en boucle d’un rasta blanc faisant mine de voler comme Gisèle Kérozène et d’un mec qui fait une performance où il essaie de tenir en équilibre sur une chaise sous laquelle il accumule des carrés de bois… Je vois bien qu’il y a un soulèvement, je comprends bien qu’il y a un soulèvement, mais je ne ressens aucun soulèvement…

Je n’ai absolument rien contre l’esthétisation et encore moins contre la poétisation d’un combat (merci, Aragon ; merci, Maïakovski), mais là, je trouve cela raté. Je ne m’attendais pas à une expo-œuvre, je m’attendais à un pamphlet (comme l’est d’ailleurs le très bon teaser de l’expo). En d’autres termes, je ne m’attendais pas à un très bon cocktail sans alcool, je m’attendais à des litres de whisky abrasif. Je n’avais pas envie d’Adèle, mais de Janis. My Bad. Je voulais sortir en gueulant, je suis sorti en grognant.

Merci ma Lolotte

Aumône : Commentez, partagez et suivez-moi ici et . Et si vous trouvez cet article nul, expliquez-moi pourquoi, ça m’améliorera.

2 réflexions sur “Expo « Soulèvements » – Jeu de Paume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s