Pierre-Emmanuel Barré est dans le fumier

pierre-emmanuel-barre-l-interview-non-censuree-du-sale-con-de-l-humourm400571

Pierre-Emmanuel Barré est un bon gâteau qui aurait comme un arrière-goût merdeux, ça gâche un peu le plaisir de la dégustation.

Pierre-Emmanuel Barré est un des chroniqueurs mondains le plus drôle du moment. Il arrive par l’outrance à libérer un rire énervé et cogne souvent juste sur des sujets sensibles (islam, migrants, Palestine, Syrie, etc.). Malheureusement, sa marque de fabrique étant l’injure, sa tendance à l’utiliser sans discernement m’empêche parfois de rire rouge. Je laisse le jaune aux autres…

Le funambule de la beauferie

L’humour sale et méchant a toujours existé, souvent pour le meilleur. Il dénonce sans fard les hypocrisies de notre monde et sert d’exutoire. Et comme une bonne poire à lavement, Pierre-Emmanuel Barré nous permet lui aussi d’évacuer par le fondement ce qu’il y a de plus sale en nous. Mais l’exercice se base sur le difficile équilibre entre bêtise extrême et dénonciation de cette bêtise. Malheureusement, Barré a tendance à préférer l’alternance et ça donne ça :

Au mélange subtil, il préfère l’empilement. C’est sûr qu’il est plus difficile de doser précisément les ingrédients d’un plat que de faire un sandwich. La recette de Barré pourrait se résumer à : enculé + politiciens vendus + putes + à bas le capital + PD + contre l’islamophobie + connasses.

Comme un gauchiste qui aurait des TOCS

Du coup, le message a parfois du mal à passer, car s’il arrive à faire des blagues racistes tout en dénonçant la colonisation comme ici :

En ce qui concerne les femmes, la proportion entre l’insulte et la dénonciation des injustices qu’elles subissent n’est pas franchement respectée. Comme ici :

Après, les intentions du bonhomme sont peut-être bonnes, mais il représente bien la limite de l’humour sale et méchant, aussi salvateur soit-il. Que cela soit Desproges, Louis CK, Hara-Kiri ou Bill Maher, ce sont tous des hommes qui ont (ou ont eu) un souci avec le féminisme. N’en parlez d’ailleurs pas à Pierre-Emmanuel Barré, dans son dernier spectacle, un personnage récurrent (entre la SJW et la moralisatrice de droite) s’appelle La Connasse de Service…

Mais c’est de l’humour !

Il ne suffit pas de s’autoproclamer « sale con » pour tout excuser. En tant que désespérés polis, les bons humoristes se distinguent des comiques en s’affranchissant des excuses au préalable pour éventuellement s’excuser a posteriori. Ils prennent des risques, quoi. Ils passent de la gaudriole culturelle à la critique des injustices systémiques. Ils arrivent très bien à le faire avec toutes les minorités, mais dès qu’il s’agit des femmes ils restent bien souvent coincés au stade de la blague de connivence masculine.

Le registre de la misogynie n’est pas franchement nouveau, comme les blagues racistes, d’ailleurs. Depuis le « il parait qu’un juif s’est glissé dans la salle », c’est même le fleuron du politiquement incorrect. Mais en fait, ça choque qui ? L’humour beauf n’est-il pas le summum de la démagogie ? Où veut-on seulement faire passer des messages sous une tartine nauséabonde particulièrement appréciée des Français ? L’humour gaulois a besoin d’un coq et Pierre-Emmanuel Barré a bien les deux pieds dans le fumier…

Commentez, partagez et suivez-moi ici et . Et si vous trouvez cet article mauvais, expliquez-moi pourquoi, ça m’améliorera.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s