Overrated #1 : Star Wars

Comment et pourquoi cette saga me semble complètement surestimée

Tout petit. Déjà !

Histoire de faire fuser l’argument d’autorité pourri, j’ai vu mon premier à sa sortie et c’était le Retour du Jedi. J’avais 8 ans. Eh bien, pour autant que je me souvienne, j’avais bien aimé les Ewoks et puis, euh… c’est tout. La même année, Dark Crystal m’avait beaucoup plus marqué, mais moins que ce que Le Temple Maudit imprimera dans mon génotype cinématographique l’année d’après (#TeamIndy). Pendant 16 ans, Star Wars ne fut qu’un plaisir de rediff’ télé. Jusqu’à la sortie de la Menace fantôme…

Nan, mais y a des trucs biens, hein

En 1999, aux vues des shit storms consécutives que se mangeait Georges Lucas à cause des ressorties augmentées de la trilogie originelle et du tout numérique annoncé pour la nouvelle, j’étais aussi hypé pour la sortie du nouvel opus que pour un détartrage dentaire. Mais quand même, j’y suis allé, car il faut, et comme tout le monde je n’ai pas compris grand-chose, j’ai voulu tuer un personnage virtuel et j’ai eu envie de jouer à Wipeout. Puis vint le deuxième où je n’ai toujours rien compris, où j’ai voulu tuer un couple et où j’ai eu envie de jouer aux Sims. Enfin le troisième où j’ai tout compris, où je n’ai pas voulu tuer d’enfants et où j’ai eu envie de jouer à KOTOR.

Rattrapage

Bref, tout ça n’était pas extraordinaire et n’a en rien relancé un amour que je n’ai jamais vraiment eu pour cette série. D’autant que, pour rappel, sur à peu près la même période, nous avons eu trois trilogies qui m’ont autrement fait triper : Matrix, Spiderman et, surtout, Le Seigneur des Anneaux. Du coup, j’ai à nouveau oublié la saga jusqu’à sa ressortie en 2011 en coffret Blue-Ray. J’allais pouvoir enfin binge-watcher la série dans l’ordre narratif (et non l’ordre des sorties), revoir les épisodes originels dans leurs versions définitives et le tout en HD. Wouhou ! J’allais être, euh… comment dire… surpris.

C’est pas si mal, en fait…

star-wars-1176168_960_720

Je ne suis qu’amour

Malgré les dix ans de bashing et ma propre vision de la prélogie en salle, je fus agréablement surpris lors de son visionnage en Blue Ray. Si en salle, la dimension politique des films m’avait ennuyée parce que je n’y comprenais rien, ma concentration fut plus accrue sur le petit écran et je réussis alors à apprécier leur profondeur. De plus, en contextualisant la sortie de la prélogie (9/11 + Irak), la charge politique de Lucas contre Georges.W « vous-êtes-avec-moi-ou-contre-moi » Bush ainsi que la dénonciation des dérives de l’état d’urgence permanent des US à cette époque semble très claire.

Les effets spéciaux tant décriés étant remastérisés, je trouve qu’ils passent très bien, même s’il donne effectivement une patine très lisse. Mais cette patine donne un style qui me semble très cohérent avec l’arc technofuturiste (les clones, les droïdes, les pods, etc.) de la prélogie. Et puis ça me fait planer, moi, tous ces effets. Plein de monstres, des planètes, des robots, des armes cheloues, des vaisseaux. L’effet hochet fonctionne très bien sur moi… Après, ce n’est pas suffisant pour faire passer les problèmes de caractérisation du 1er (Raaah Jar Jar !) et de rythme du deuxième (Raaah Padmé/Anakin !), nous sommes tous d’accord…

What !?

20150206074317612

– Tu l’as vu mon gros sabre ? – Je m’en balek, frère.

Puis vint le moment de regarder enfin la trilogie originelle. Celle-ci était encore plus éloignée dans ma mémoire que la prélogie. Il ne m’en restait que des sensations diffuses filtrées par le ressac incessant des milliards de références permanentes à son sujet. Du coup, je m’attendais à retrouver enfin ce vieux pote de cours de récré que tout le monde aimait à l’école et dont tout le monde garde un souvenir ému. Mais, les retrouvailles furent assez douloureuses.

La flamboyance a disparu, tout semble toc et désuet, les personnages sont grossiers et pas très bien interprétés. Et même le fameux Han Solo, le rebelle, le maverick, le hors-la-loi au grand cœur ! Il se révèle n’être qu’un gros con arrogant, sexiste et inutile (enlevez-lui son esclave poilu et il ne sert plus à rien…). Bref, le vieux pote de récré tant aimé était devenu un vieux gars lifté et très content de lui malgré sa gourmette en or ostensible, son costume trois-pièces à cravate trop longue et ses implants de cheveux ratés (vous savez, cela ressemble à des poireaux plantés au milieu d’un champ de blé).

Je fus donc très déçu et me mis à hurler que Star Wars n’était qu’une arnaque et que la prélogie était même meilleure que la trilogie originale. Puis, un an plus tard, j’ai tout regardé à nouveau et mon vin a pris un peu d’eau…

Six points de conclusion

Arrive donc mon dernier visionnage de la saga filmique la plus connue de la galaxie même pas far far away. Et, pour résumer, tout est arrivé à un équilibre : les qualités de chaque séquelle compensent leurs défauts. Wouaouh ! Mindblowing ! J’en suis finalement revenu à des sentiments qui ont plus de 30 ans : Star Wars est un plaisir oubliable. Un truc sympathique, mais sans plus. Au mieux un produit de la marque Gourmet de Monoprix, au pire, du Coca Zéro. Et ce n’est pas grave.

Et pour finir cette trilogie sur Star Wars, voici en vrac quelques éléments d’analyse hautement peu objectifs :

  • Le premier a été un carton public (comme Les Bronzés 3, Camping, etc.) puis le marketing en a fait un chef-d’œuvre, ce qu’il est, en termes de merchandising. Attention Star Wars reste sympathique, mais de là à dire que c’est inattaquable et que n’importe quelle suite sera toujours pourrie. Bof. Je trouve que c’est le contraire. Les nouveaux sont meilleurs parce qu’ils s’inscrivent exactement dans les réalités de notre époque tout en faisant allégeance aux films passés. Le fanatisme reste un fascisme, je le sais, j’ai été ado moi aussi (R.I.P. RHCP)…
  • Si’l’Empire contre-attaque est le meilleur de la saga, cela n’en fait pas pour autant un chef-d’œuvre en soi, puisqu’il s’inscrit dans la continuité d’une série. D’autant qu’il correspond au deuxième acte de celle-ci, ce qui est forcément l’acte le plus palpitant puisque l’exposition est évacuée et la conclusion en suspens : action, action, action… (cf. Les deux Tours)
  • Quand tu critiques un film de genre que tout le monde aime, tu es un connard de snob, or l’Empire contre-attaque, le film préféré de ceux qui vénèrent Star Wars, est (ô hasard incroyable) le film de la saga que les gens ont le moins vu au cinéma… Pour rappel, c’est la Menace Fantôme qui a le plus cartonné après le dernier opus en date. La prélogie : plus de 26 millions de spectateurs. La trilogie originelle : plus de 10 millions de moins… Tout cela ne veut pas dire grand-chose, mais si l’argument « les snobs n’aiment pas les films populaires » est valable, alors « les fans n’aiment que les films de genre les moins populaires » l’est tout autant. La popularité d’un film ne fait en rien sa qualité tout comme la cartouche auteurisante.
  • À propos de la mythologie Star Wars si chère aux affidés, je trouve celle de Matrix, Battlestar Galactica, Star Treck, ou même celle esquissée dans John Carter bien plus intelligente ET fun…
  • Georges Lucas est mauvais. Alors certes, je n’ai pas vu THX 1138 et American Graffiti qui sont censés être excellents, mais j’ai vu tous les Star Wars et surtout un des plus mauvais films jamais tournés : Howard the Duck. On pourrait aussi y mettre le segment pour Noël de Star Wars. Fun fact : l’épisode préféré des fans est le seul que Lucas n’a pas supervisé de A à Z.
  • Dire que Jar Jar Binks c’est de la merde est une vérité. Mais gueuler en permanence un truc aussi évident, ça fait beaucoup de démagogie pour une ambulance criblée de trous de balle.

Pour finir, entendons-nous bien, je trouve cette saga bien cool. Mais, encore une fois, je trouve que les défauts de la trilogie originelle sont compensés par les qualités de la prélogie et vice versa, ce qui en fait une bonne série loin d’être flawless contrairement à ce que le laisse entendre sa conchiée de fans. Les deux trilogies n’ont rien à voir, l’une est profonde et ennuyeuse ; l’autre et superficielle et rigolote. Comment voulez-vous choisir votre camp ? Peut-être en regardant une vraie bonne saga… NOooooooooooooON !!!

Vous pouvez commenter, partager et aussi me suivre ici et . Merci.

2 réflexions sur “Overrated #1 : Star Wars

  1. Pingback: Overrated #3 – Terminator 2 (part. 1) – Coco Pop

  2. Pingback: Overrated #3 – Terminator 2 – Coco Pop

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s