Stephen Colbert est un salaud !

1-dO_HNkSM9vTLRRlJIUih_w

Mes animateurs préférés des late shows politiques ne seraient que les chiens de garde de l’oligarchie

Caitlin Johnstone, une  » journaliste voyou » comme elle se définit elle-même, a écrit un article dans Extra Newsfeed sur les animateurs des late shows politiques (cf. mon article sur eux ici) et elle ne les aime pas, mais alors pas du tout… Méchante, drôle et, malheureusement, tellement juste.

Elle commence son article en faisant l’éloge des auteurs comiques, petites mains souvent issues de la classe ouvrière, qui réalisent qu’ils peuvent être payés en écrivant des blagues. Et qu’à force de se faire une place dans le milieu, ils découvrent que les meilleurs plans sont ceux où ils doivent écrire pour des « comédiens qui gagnent des millions de dollars en essayant de faire en sorte que les métastases incurables du néolibéralisme est l’air fun.« 

(…) comedians who earn millions of dollars trying to make terminal metastatic neoliberalism sound fun.

Elle enchaîne en faisant semblant de ne pas comprendre pourquoi, après avoir vu « un Steve Colbert ramener son public dans l’étable de la propagande oligarchique« , « ces brillant-e-s auteur-e-s ne rentrent pas parfois chez eux pour s’ébouillanter sous la douche et sombrer dans un coma d’autodégoût.« 

(…) these bright young men and women don’t occasionally go home, take a scalding hot shower, and drink themselves into a self-loathing coma.

Elle mentionne alors l’émission du Late SHow With Stephen Colbert où l’animateur vient d’apprendre la destitution du directeur du FBI par Trump et l’annonce au public :

Elle trouve que ce moment de télé est « un triste mini-documentaire sur ce qui se passe quand la machine propagandiste n’a pas le temps de se préparer. » Qu’il faut voir l’animateur ramer pour essayer de faire comprendre à son public, qui vient d’applaudir chaleureusement, que ce n’est pas bien que le « FBI Hitler » se soit fait virer par le « President hitler« . Elle explique que le public n’est pas à blâmer d’être heureux de cette destitution puisque pendant des mois et des mois tous les animateurs des late show politiques ont voulu que le patron du FBI soit viré à cause de ses enquêtes sur les possibles fuites de mail d’Hilary Clinton. Elle revient sur le fait que Colbert s’est décomposé en essayant de faire comprendre aux gens dans la salle qu’ils n’ont pas à se réjouir parce que « c’est Donald Trump (et pas Hilary) qui est celui qui a viré, et que Donald Trump bla-bla-bla la Russie bla-bla-bla« 

(…) because Donald Trump was the one doing the firing, and Donald Trump something something Russia whatever.

Elle insiste ensuite sur le fait que ce genre d’extrait vidéo servira d’exemple « dans le merveilleux monde que l’on se créera pour nous-même une fois que nous aurons retiré les mains de l’oligarchie du volant de notre planète pour expliquer aux générations futures combien nous étions si fous et perdus avant le Grand Réveil« .

In the beautiful world that we will create for ourselves once we pry the fingers of the oligarchy from the steering wheel of our planet (…) explain to future generations how we all got so lost and crazy before the Great Awakening.

Un peu comme pour les soldats qu’on droguait et à qui on fournissait des prostitués pendant une guerre pour les aider à supporter les horreurs qu’ils commettaient, elle compare les animateurs des late show a des employés corporatistes qui ne sont là que pour aider les progressistes américains a supporter leur « dissonance cognitive du fait qu’ils vivent dans un pays qui les exploite, les oppresse et transforme des ressources illimitées en guerres infâmes et sans fin à travers le monde. »

(…) the cognitive dissonance of living in a country that exploits and oppresses them while pouring limitless resources into endless, senseless wars overseas.

Elle se part ensuite dans une envolée acerbe :

« Concerné par le fait que Trump poursuive et étende toutes les politiques d’Obama les plus néfastes, qui n’étaient elles-mêmes que la poursuite et l’extension des politiques de Bush les plus néfastes ? N’y pensez pas ; moquons-nous plutôt de ses cheveux. Frustré du fait que quoi que vous votiez, la même politique économique néolibérale oppressive continue de vous étouffer à mort pendant que la même politique extérieure néoconservatrice et impérialiste continue de faire pleuvoir un enfer hors de prix sur la tête des enfants des autres dans des pays que vous ne visiterez jamais ? Ne vous en préoccupez pas ; les Républicains disent des choses bizarres et rigolotes. Est-ce que cela vous ennuie que vos élites nationales fassent tout pour accroître un arsenal nucléaire surpuissant alors qu’ils ne font quasiment rien contre le désastre climatique imminent ? Arf arf, bites et culs et voici mon imitation de Trump. »

Concerned that Trump is continuing and expanding all of Obama’s most evil policies, which were just a continuation and expansion of Bush’s most evil policies? Don’t think about that; let’s make fun of his hair. Frustrated at how no matter who you vote for, the same oppressive neoliberal economic policies keep choking you to death while the same imperialist neocon foreign policies keep extremely expensive hellfire raining down on other people’s children in countries you’ll never visit? Don’t worry about that; Republicans say doofy things. Does it bother you that your nation’s leaders are pushing for escalations with a nuclear superpower while doing essentially nothing about the impending climate disaster? Hurr hurr, dicks and butts and here’s my Trump impression.

Elle poursuit en exposant le fait que tout ceci n’est pas que « distraction et dissociation » et que ces « virus sur pattes de l’esprit » participent à la normalisation du mal et à l’endormissement de toutes velléités révolutionnaires. Elle dénonce alors l’attitude politique de Samantha Bee, Bill Maher ou encore de « Trevor Noah du Daily Show’s qui devient un complet chien d’attaque dès que quelqu’un ose questionner la moralité de l’ancien président qui vient de se faire 400 000 dollars pour un discours lors d’une conférence sur l’assurance maladie organisée par une firme de Wall Street.« 

Take the Daily Show’s Trevor Noah, who went full-blown attack dog on anyone who dared question the morality of a former US president taking a $400,000 check for speaking at a healthcare conference funded by a Wall Street firm.

Elle conclut ce paragraphe par cette phrase charmante :

« Prenez-les tous, foutez-les dans une baignoire pleine, chopez une rallonge et balancez-y un putain de grille-pain.« 

Take them all, get them into a hot tub, grab an extension cord and throw a fucking toaster in there.

Et termine son article comme ça :

« Le rire est fait pour guérir ; il est fait pour construire une cohésion sociale et nous aider à supporter la vie. Il n’est pas fait pour amener les gens à baisser leur garde pour que vous puissiez glisser des idées pernicieuses dans leur esprit. (…) Il n’est pas fait pour tyranniser ou flatter les gens qui choisissent l’intégrité plutôt que la conformité. (…) Voici venu le temps d’espérer un monde qui évoluera rapidement vers autre chose qu’une niche pour de si viles professions.« 

Laughter is meant to heal; it’s meant to build social cohesion and help us all get along. It’s not meant for getting people to drop their defenses so you can slip pernicious ideas into their minds. (…) It’s not meant to be used for bullying and cajoling people who choose integrity over conformity. (…) Here’s hoping the world quickly evolves beyond a niche for such vile professions.

À bon entendeur !

Son article est ici.

Vous pouvez commenter, partager et aussi me suivre sur Twitter et Facebook.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s