Short Nouvelle #34 – Vingt ans

8223652393_9747d63ec0_b

Elles sont en train de se regarder. Elles ne sont pas d’accord, mais alors pas d’accord du tout. Elles sont évidemment persuadées d’avoir de bien meilleurs arguments que l’autre. Et après s’être criées dessus, à la limite infranchissable de l’insulte, elles se fixent comme deux boxeurs en fin de match, le souffle en plus. Elles ont tellement envie de se détruire à cet instant. Tellement envie d’anéantir la bêtise de l’amie ennemie. Sa naïveté. Son égoïsme. Son angélisme. Son étroitesse.

La plupart du temps, elles évitent d’aborder les sujets qui peuvent glisser. Cela devait bien faire un mois qu’elles s’en étaient empêchées. Elles préfèrent vivre leur amitié dans le déni de leurs différences fondamentales. Une espèce d’hédonisme sororal sur le fil. Elles sont de la même génération et partagent les mêmes centres d’intérêt. C’est cette culture commune qui les a unies. Une conversation passionnée à propos d’une série lors d’une soirée il y a dix mois.

Elles avaient d’ailleurs déjà senti leurs désaccords affleurer cette soirée-là. Mais elles avaient préféré les enfouir pour ne pas gâcher cette complicité naissante. Elles ne se quittèrent plus pendant trois mois. Puis un soir, au détour d’un épisode de Brooklyn Nine-Nine, une remarque de l’une sur un des personnages fit déborder l’autre. C’était leur première engueulade sérieuse. Celle qui n’est plus déviée par une vanne piquante destinée à faire sourire jaune la personne visée avant de passer à autre chose.

Ce fut la fêlure initiale d’un vase qui ne voulait pas se briser. Elles continuèrent à se retrouver régulièrement, mais, pour la première fois, l’une et l’autre inventèrent des excuses pour éviter de se voir. Immanquablement, une colère éclata encore entre les deux amies et en public, cette fois. Leurs amis n’osèrent même pas intervenir tant le ressentiment allait au-delà de l’accord raisonné. Elles ne voulaient rien céder et jurèrent de ne plus jamais s’aimer.

Elles ne se parlèrent plus pendant 15 jours. Ni Messenger ni texto, rien. Puis il y eut une nouvelle soirée. Un quizz. Elles en étaient les championnes et tout le monde le savait. Et d’un regard en biais légèrement amusé à une bourrade complice, leur amitié reprit ses droits. Elles se laissèrent entraîner par l’ivresse et animèrent la soirée en chantant le générique des dessins animés de leur enfance. Les festivités se terminèrent tard devant un film d’horreur de mauvaise qualité qu’elles commentèrent en riant.

Et après un mois idyllique où les fâcheries étaient évitées, ce fut une simple remarque de l’une sur l’attitude d’un ami commun qui fit tout basculer à nouveau. Cette fois, leurs yeux ne voulaient plus fuir la réalité de leur incompatibilité morale. Tout été remonté d’un coup. Leur si belle amitié était morte, c’est sûr. Tout ça n’était qu’une vaste hypocrisie, un moyen puéril pour ne pas croire que l’autre était la dernière des connes. Leur rupture dura un mois. Et en vingt ans, il y’en a eu beaucoup.

Vous pouvez commenter, partager et aussi me suivre sur Twitter et Facebook en cliquant ici et .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s